Toutes mes réponses sur les forums

Affichage de 15 messages - 1 par 15 (sur 38 au total)
  • Auteur
    Articles
  • en réponse à : RDV club du 09/08/14 #3247
    AvatarRuizard
    Participant

    j’essayerai d’être à Tulle aussi 🙂

    en réponse à : Convention de la Coopérative Ludique à Nexon (87) #3233
    AvatarRuizard
    Participant

    Super une nouvelle convention! merci de l’info je fais circuler (en esperant pouvoir venir)

    en réponse à : Partie de x-wing du 14/06/2014. #3025
    AvatarRuizard
    Participant

    Merci beaucoup ! 🙂

    en réponse à : Comment gerer la mortalité de vos joueurs ? #3014
    AvatarRuizard
    Participant

    Le but du jeu est de faire plaisir aux joueurs à la base. Donc la mort d’un personnage doit être (selon moi) excusé par un aspect ludique. Il faut que la mort ajoute quelque chose à la trame et qu’elle n’est pas aucun retentissements.

    Un joueur doit se rendre compte qu’il va mourir un peu avant et sa mort ne doit pas (trop) le décevoir. Les joueurs restent les héros de l’histoire donc expliquer la mort par les jets de dès… Dans les livres les héros ne meurt pas embroché par la lance d’un gobelin solitaire. Gravement blessé oui.

    Après ça dépend aussi de l’ambiance voulue je suppose… Dans un jeu comme Shadowrun ou Black Crusade on ne joue pas forcement des personnages avec une destinée incroyable. Mais je ne pense pas que se soit une excuse pour abattre les joueurs à tour de bras.

    Enfin je sais pas si je me suis bien expliquer (j’écris ça un peu en 2 minutes). Pour résumer mon avis: la mort d’un personnage doit apporter quelque chose à la trame de l’histoire et le mieux serait même d’orchestrer celle-ci un minimum avec le joueur!

    en réponse à : Background Astalan Arcanis #2962
    AvatarRuizard
    Participant

    Non! c’est un forum de roliste, je m’attendais donc de ta pars une critique constructive d’au moins 300 mots! *joke*

    en réponse à : Convention de la Compagnie Grise à Limoges (7-8 juin 2014) #2955
    AvatarRuizard
    Participant

    Pitêtre que je peux me ramener

    en réponse à : Convention de Feur #2949
    AvatarRuizard
    Participant

    J’ai l’impression que je suis tout seul. Guilhem ne peut pas venir finalement. Donc tenez moi au jus si un voiture peut m’y emmener. J’ai un GPS à fournir :p

    en réponse à : Imaginons un jeu de rôle #2942
    AvatarRuizard
    Participant

    C’est sympa tout plein (viens de tout relire). Par contre, que tout les gardiens participent risque d’être compliqué à mettre en place! Merci à Ancelin pour tes conseils d’ailleurs. Je ne suis pas contre une réaction de chacun ni même des idées complémentaires, mais cela risque d’être long si chaque décision est peut être remise en question 😉

    En tout cas Guilhem avait bien résumé la chose dans son dernier post.

    en réponse à : Espace Flood I #2929
    AvatarRuizard
    Participant

    Hé! Déjà partagé à quelques gardiens voici un fan film Star Wars bien sympa qui a pris un temps fou à réaliser avec de petits moyens, pour un résultat selon moi plus que correct 🙂

    Fan Film Star wars!!

    [[Seul défaut pour moi: le jeu d’acteur]]

    • Cette réponse a été modifiée Il y a 5 années, 10 mois par AvatarRuizard.
    en réponse à : Bout de papier #2905
    AvatarRuizard
    Participant

    Suite à vos nombreux encouragements, vos réactions toujours plus nombreuses! Je me suis décidé à posté un nouveau texte, une nouvelle, ou une réflexion toujours dans le très positif héhéhé 🙂
    Bonne lecture!

    Toù Can

    Un ciel bleu, un nuage blanc, une souris part en courant parmi les décombres. Poussière qui s’élève, ombres peu engageantes sur le chemin de l’infortune. Mes pas étaient les derniers humains à fouler ce sol bétonné, pourtant mainte fois fréquenté. Je venais de la retrouver, cette ancienne capitale qui s’étendait sur des lieux. A moi revenaient les souvenirs, à moi revenaient les revenants.

    J’engageais mes pas dans ce que l’on appelait la banlieue, terre des injustices, des inégalités. Les bâtiments, pour la plupart encore intacts, étaient pourtant abandonné de toute vie sauf végétale. Les plantes envahissaient la ville fantôme et la nature reprenait ses droits. Mais pourquoi étais-je l’un des rares hommes survivant ? Vous comme moi avez vu à travers films et livres maintes scenarios apocalyptiques. Des zombies ? Une guerre atomique ? Ou encore… des extraterrestres ? Non, rien de tout cela. Je ne peux même pas me considéré comme un survivant… plutôt, un homme ? Un de ceux qui n’a pas sombré dans la folie ? Ou peut-être que je suis plus fou que ceux qui ne sont plus…Attendez je vous perds.

    Ecoutez, que voyez-vous en ce texte ? Une idée ? Un passe-temps ? Une vision d’avenir ? Non, peux importer ce que vous voyez, réfléchissez au sens profond qu’il peut avoir sur vous, ce que les erreurs des autres peuvent vous apprendre.

    Je vais donc commencer par les raison de cette « fin du monde » que j’appellerai plutôt « Recommencement » par soucis de sens encore une fois. Car ce n’est pas le monde qui finis, mais bel et bien nous tel que nous étions. Ne voyez pas en l’autre un danger, « connais-toi toi-même » depuis des millénaires l’homme sais d’où vient la menace mais il l’ignore. Fermez les yeux pour voir, méditez pour agir vous être le pire danger pour les autres.

    C’est bon ? Tu t’es identifié ? Tu le sais, je le sais, nous en sommes donc au même stade. Maintenant écoutes moi, comme tu le fais depuis le début, sans doute sans comprendre où je veux en venir, mais ne t’en fais pas j’y arrive. Le Recommencement a débuté là où l’homme a progressivement transformé ses droits en devoirs, ses choix en obligations, là où l’art même n’était plus que technique, que la liberté d’expression ne servait plus qu’à donner l’impression que l’on pouvait encore parler. Nous sommes aujourd’hui, nous sommes demain, nous sommes hier n’est-ce pas ? Sans mémoire nous ne sommes qu’éphémères et sans l’apprentissage nous ne sommes que bêtes. A cette époque donc, que je ne vous souhaite pas connaitre, un grand physicien à fait une découverte des plus sensationnelles. Alexandre Deldi était son nom. Ce physicien était l’un des derniers à ne pas dépendre d’un quelconque laboratoire, il avait déjà reçu un prix Nobel grâce à son invention d’un télescope ultra précis qui avait permis la découverte d’une planète vivable et certainement habité, à une distance importante de la Terre, certes. Mais son nom était déjà connu du grand public alors.

    Sa seconde découverte fût la plus importante, après avoir observé l’infinité de l’espace, il a projeté d’observer son antonyme : l’infiniment petit. Une machine capable d’observer un électron, observez la surface du noyau d’un atome, rendez-vous compte ! La vérité circula à la télé, sur le net, à la radio, tous les moyens de communications que l’homme avait inventées furent exploités pour transmettre cette nouvelle fantastique. Mais quelle nouvelle ? Uniquement que nous pouvions observer les atomes ? Ça n’aurait pas estomaqué la majorité de la population…
    J’avais encore l’image dans la poche, celle qui circulait alors en milliards d’exemplaires. Une vieille photo aux bords cornés mais que j’avais conservé en souvenir. Sur celle-ci une échelle exprimée en nanomètres quelque chose comme… 0.000000000… peu importe vous avez compris, une échelle atomique. Sur l’image, le soleil est resplendissant, une magnifique lueur qui illumine… une petite planète.

    « Mesdames et messieurs, je vous présente l’atome d’hydrogène observé depuis le microscope du professeur Deldi ! »

    Imagines-tu la consternation ? Nous venions de découvrir que chaque dimension s’emboîtait dans une autre. Nous étions l’atome d’une molécule, d’un objet ou d’un être vivant, voire d’un gaz. Celui-ci appartenant à un autre atome qui lui-même… Lors de cette révélation, chaque être humain a écouté ses battements de cœur comme jamais, en chacun de nous, une galaxie, un univers. Nous n’étions pas seul en nous, nous étions milliards.
    Je marche… mes pas me mènent dans les tréfonds de la fin et de la folie. Les bâtiments défilent comme les idées toujours cherchées, toujours et encore, avancer vers l’inconnu. Travailler, le travail = la nature de l’homme ? Sans travail nous ne pouvons pas vivre ? Argent = bonheur ? Ou… il influence de bonheur ?

    N’oubliez pas surtout, reposez-vous sur ces questions et continuez à marcher avec moi. Viens, je conte. Le vent souffle contre ta peau, une galaxie en contourne une autre. Une tout autre échelle de temps, mais qui peut soupçonner de la vie qui s’y cache ? Y a-t-il d’autres humains dans mon univers ? Pensez donc à cette découverte. Qu’aurais tu pensé lors de sa confirmation scientifique ? Il y eu des suicides, les personnes les plus faibles, ou peut être les plus censés. Plus les débats scientifiques avançaient, plus les gens comprenaient ce qui réellement les habitait, et plus les réactions étaient perceptibles. Différents groupes d’idées apparurent.

    Il y avait les humanistes ; ceux-là ouvrirent de nombreux « tombeaux de vie », ils s’y faisaient cryogéniser afin de conserver la vie qu’habitait leur corps, car que valait leur misérable vie face à tant d’autres ? Certains des leurs participèrent à la folie générale en forçant de nombreuses personnes à la cryogénie au nom des devoirs de l’homme pour le maintien de la vie. Il y eu cette sage-femme à Washington… Qui enfermait les bébés récemment nés dans une chambre de congélation.

    Un autre groupe : les MHT ; Maladie Humainement Transmissible. Un groupe extrémiste et peu nombreux. Ils prônaient que l’homme était le virus, voir la maladie mentale selon certains, de dieu, l’être vivant suprême. De leur fait, de nombreux attentats et guerres civiles qui provoquèrent des millions de morts.

    Et puis… de nombreux autres, mais que pensaient ceux dont les pensées restaient ouvertes ? La technologie fût la première remise en question : le nucléaire de fission et de fusion détruisent des milliards d’atome… de système solaire ? Et toutes les transformations opérées sur la matière ? On ne put jamais tout étudier, et tandis que le monde sombrait dans la folie, on hésitait à innover, à progresser. Cette découverte fût également un grand choc pour la religion qui dût revoir ses classiques pour contrecarrer l’hérétique et impie physicien qui n’était devenu rien d’autre que la voix du mal. Toutes les religions sans exceptions perdirent malgré tout un nombre important d’adhérent qui se tournèrent vers des groupes moins abstraits mais dont les discours grandiloquents dissimulaient de sombres projets.

    Plusieurs fois, on essaya d’attenter à la vie de Deldi. Lui ne voyait en sa découverte qu’une manière d’avancer, de comprendre les prédicats et autres lois fondamentales tel la gravité. A cette même époque, plusieurs groupes de partis extrémistes avaient pris le pouvoir en occident, les gens avaient finis par oublier la folie des anciennes guerres pour leurs besoins personnels. Nous n’avions plus confiance en les socialistes, ni en les capitalistes. Les catastrophes naturelles semblaient s’acharner sur le monde et ruinaient l’homme de son bien matériel mais aussi de nombreuses vies, que l’on se contentait d’ignorer.

    Les immigrés affluaient, étaient rejetés, revenaient. Le monde était fou et tournait en rond, mais plus seulement autour du Soleil, c’était ses habitants qui tournaient en rond comme jamais. Avec les catastrophes naturelles, les catastrophes écologiques, des pays qui veulent suivre l’occident de l’époque industriel ; ils ne se sont pas privé à l’époque, pourquoi se privé, nous ? Puis le chaos.

    Clap, Clap, mes pas claquent sur le sol pavé. Monuments aux morts, musés, tous délabrés, oubliés, comme l’histoire et les leçons qu’ils contenaient. Ils étaient passés de monuments aux souvenirs à de simple objet de décoration, où ce qui attirait les visiteurs était la beauté du lieu et l’intérêt de se « cultiver ».

    Une explosion de couleurs tandis que les bombes chimiques recouvraient la planète d’une nouvelle couche de stupidité. Peu de choses furent épargné, les fourmis, les rats, les murs anciens, toujours debout même devant l’absurde et les mauvaises herbes, aussi. Et bien sûr, les hommes, résistants à leurs destructions malgré leurs responsabilités.

    Je réajuste mon masque à gaz, ultime protection devant le poison. Mes cheveux sont depuis longtemps tombés et ma peau est devenue grise de ne plus être nourrit par le soleil, caché derrière un amas permanent de nuages toxiques. Un immense bâtiment se présente à moi, de ma main gantée je sors une ancienne clef de ma poche et ouvre la grande porte que mène au hall. Une à une, je grimpe les marches avant d’arriver à une porte blindée. Je tape le code et pénètre dans ce qui fut mon laboratoire : le laboratoire Deldi.

    Suis-je fautif de tout cela ? A qui la responsabilité peut-elle incombé ? L’Homme ? Je ne sais pas, et je m’en fous, c’est trop tard. Ecoutez-moi bien, ou plutôt lisez, ceci est mon dernier vestige, ma seule recherche qui n’a pas abouti. Car malgré toutes les recherches, nous resterons toujours notre plus grand mystère.

    • Cette réponse a été modifiée Il y a 5 années, 10 mois par AvatarRuizard.
    en réponse à : Espace Flood I #2904
    AvatarRuizard
    Participant

    On voit toujours pas l’arrivée des nouveaux messages en passant 😉 (temporellement parlant)

    en réponse à : Convention de Feur #2903
    AvatarRuizard
    Participant

    Je suis dispo, à voir pour les voitures!

    en réponse à : Défis Fantastiques – Titan #2816
    AvatarRuizard
    Participant

    J’ai édité le message! Le lien est donc maintenant le bon!

    Sinon merci de l’info, ça en intéressera peut être quelques uns 🙂

    en réponse à : Salon du Jeu de Limoges #2780
    AvatarRuizard
    Participant

    J’y serai peut être vu que j’ai mon stage à Limoges, à voir ^^

    en réponse à : Ce jeu dont VOUS êtes le héros #2763
    AvatarRuizard
    Participant

    Déjà répondu! J’attends les résultat pendant une partie avec impatience!

Affichage de 15 messages - 1 par 15 (sur 38 au total)